Accueil Actualités « Nous demandons la prolongation de la concertation publique »
« Nous demandons la prolongation de la concertation publique » Imprimer

Les responsables de l’ACRI-Liberté*,  l’association des habitants de la résidence Liberté, sont inquiets de l’arrivée de l’Arena. Cette résidence regroupe 512 logements, soit environ 1500 personnes demeurant rue Salvador Allende à Nanterre, dans le quartier du Parc nord.

acriliberteok« Nous avons longtemps lutté aux côtés de la municipalité contre le projet d’extension de la Défense. Un engagement important pour nous car nous voulions éviter l’augmentation du nombre de bureaux et rester vigilants quant à la diversité sociale dans l’aménagement du projet Arche-en-Seine. Aujourd’hui, nous sommes déçus, nous avons un peu l’impression d’être les « cocus » de l’histoire. Nous sommes en phase avec le discours humaniste de la mairie, mais déçus par la localisation et le projet Arena.

D’abord parce que ce projet, qui intègre la construction de 30 000 mètres carrés de bureaux, va accentuer le déséquilibre habitat-emploi déjà important dans le quartier des Terrasses. On est loin du ratio un pour un promis par la mairie ! Plus de bureaux signifie toujours plus de commerces liés aux bureaux, de la restauration rapide qui sera fermée le week-end mais rien des commerces de proximité que nous demandons pour ce quartier.

Le complexe de Bilbao

Ce projet aura bien sûr des conséquences importantes en termes de circulation, de bruit, de dégradation, de sécurité ; nous craignons un vandalisme important. Pour nous, ces impacts sont largement sous-évalués.
Nous pensons que Nanterre est atteinte du complexe de Bilbao, cette ville industrielle espagnole qui est devenue le lieu de nombreuses réalisations architecturales très ambitieuses comme le musée Guggenheim par Franck Gehry. L’idée en vogue, c’est de se servir d’un grand projet architectural pour faire parler positivement de la banlieue, pour rayonner dans la région. Mais côté jauge, il n’y a aucune mesure entre un musée et une Arena – qui pourra accueillir jusqu’à 40 000 personnes !

Un colosse de verre et de béton

L’ambition du projet Seine-Arche était de recoudre la ville, de créer une articulation entre les Groues, la Défense et le Parc Nord. Ce lieu aurait pu être une charnière, on aurait pu créer une piste cyclable permettant un accès facile à vélo - ou cabas à roulettes, fauteuil roulant ou poussette - sur la grande dalle de la Défense. On aurait pu prolonger le jardin de l’Arche de Gilles Clément jusqu’à la terrasse 17, en créant ainsi une véritable coulée verte de la Défense aux bords de Seine.
A la place, on aura un colosse de béton et de verre infranchissable, un mammouth, un énorme obstacle visuel qui polluera la vue de l’Arche vers la Seine … On ne peut pas parler d’intégration dans la ville, pour nous il s’agit plutôt de désintégration urbaine, de chaos urbain !
Côté emplois, quand le Racing Arena parle de 2800 emplois créés, la présentation est faussée, ce seront largement des emplois déplacés. Même constat pour les  millions de recettes fiscales annoncées pour Nanterre. Il y aura en effet des coûts pour la ville dont on n’entend pas du tout parler : le nettoyage, les caméras de surveillance, la police, tout ceci n’est pas clairement annoncé selon nous !

L’importance du choix architectural définitif

Enfin, nous avons l’impression que les jeux sont déjà faits. Pour nous cette concertation sert uniquement à faire accepter un projet déjà entériné… Et la preuve selon nous en est que l’architecte sera définitivement choisi en janvier alors que la concertation sera déjà terminée, on n’aura donc pas connaissance des choix précis en matière de circulation et de gestion des flux piétonniers.
Nous demandons donc que le maire de Nanterre prolonge la concertation pendant au moins deux mois après la date de publication des études techniques et le choix architectural définitif. C’est le seul moyen pour que nous soyons assurés de connaître les véritables enjeux (et toutes les conséquences) du projet Arena.

*Association d’Animation, du Cadre de Vie, de Recherche et d’Information du quartier du Parc de Nanterre-La Défense. Cette association, née en 1976, rassemble aujourd’hui pour moitié des habitants de la résidence Liberté, pour l’autre moitié des habitants du quartier du Parc et d’autres Nanterriens. Elle propose diverses activités socio-culturelles (natation, taï chi chuan, gymnastique ou ateliers d’arts plastiques) dans ses locaux et organise fêtes de quartier ou sorties culturelles - par exemple au théâtre des Amandiers - ainsi que des randonnées pédestres.