Accueil Actualités "Un pied de nez à l’histoire et une revanche sur le passé !"
"Un pied de nez à l’histoire et une revanche sur le passé !" Imprimer

Interview de Jamel Mazouzi, adjoint au maire de Nanterre chargé des Sports et de la Petite Enfance. 

mazouzi2Q - Quelle est votre opinion sur le projet Arena ?
Jamel Mazouzi : «Pour moi, l’Arena est une grande opportunité pour Nanterre, pour tout l’Ouest parisien, mais aussi pour les Terrasses. C’est rare d’obtenir un équipement privé de cette qualité là, modulable, pouvant accueillir à la fois des événements sportifs et des spectacles culturels.

Il sera très bien implanté, au cœur d’un nœud de transports en commun très important, avec RER, bus, métro mais aussi des parkings. Mais il faut bien sûr que cette installation soit mutualisée afin qu’elle bénéficie aux Nanterriens. »

Q - Comment concevez-vous cette mutualisation ?
Jamel Mazouzi : «On pourrait y organiser par exemple notre traditionnel banquet des seniors, qui se déroule pour l’instant sur 3 jours différents ; ce serait beaucoup plus festif –et aussi moins coûteux pour la ville- de le transformer en un seul grand rendez-vous pour nos séniors, qui plus est dans un lieu aussi prestigieux ! Il faudra aussi que les équipes pro de Nanterre, en hand et en basket, aient la possibilité d’y jouer  leurs matchs les plus importants.
La municipalité va bien sûr donner son tempo, mais cette question de la mutualisation est très ouverte. »

Q - Qu’attendez-vous de cette période de concertation publique?
Jamel Mazouzi : « Je pense vraiment que  les Nanterriens doivent se saisir de ce projet ; c’est à eux de faire des propositions, d’émettre des idées de partenariats, pour que ce nouveau lieu devienne vraiment le leur.
Pour Nanterre, le projet Arena est aussi un pied-de-nez à l’histoire et une sacrée revanche sur le passé. Pour l’instant, de Nanterre on connaît surtout le théâtre et l’université ; de son histoire, on se souvient de mai 68, des ferrailleurs et des bidonvilles. Voici qu’y arrivent désormais la culture, la vie et la modernité, c’est tout un symbole ! Et pour une fois ce sont les Parisiens qui viendront à Nanterre, pour une fois c’est Nanterre qui sera emblématique de nouveauté, de créativité, qui insufflera une vision d’avenir au quartier et non plus la Défense ! Grâce à l’Arena, on sera à la fois dans une prolongation architecturale et dans un véritable rééquilibrage, y compris symbolique, du territoire.
Il est d’ailleurs nécessaire que le nom de Nanterre soit visible dans ce futur équipement et qu’on identifie à l’avenir le club Racing Metro avec Nanterre, cela apportera de la notoriété à la ville."

Q - Quelles réserves avez-vous sur le projet ?
Jamel Mazouzi : « Je pense qu’il faudra être (et rester !) vigilant, par rapport au nombre de mètres carrés de bureaux construits dans l’Arena par exemple, mais aussi par rapport aux emplois, particulièrement à leur qualité. Il faudra avoir une vue d’ensemble des emplois créés à l’Arena, pas seulement des stadiers, et faire en sorte que les jeunes diplômés de l’université de Nanterre puissent eux-aussi y travailler. Attention aussi à prévoir une large place au handisport et au handicap en général dans ce projet.
Tout ceci nous allons le discuter avec le Racing Arena. Je suis plutôt confiant. Et surtout j’écoute ce que disent les Nanterriens : ils sont souvent très positifs ! »