Accueil Actualités « Une politique d’insertion très volontaire »
« Une politique d’insertion très volontaire » Imprimer

mefok6300 Nanterriens sont demandeurs d’emploi. L’arrivée de l’Arena peut être pour eux un véritable tremplin pour se former, trouver un emploi ou évoluer dans leur parcours professionnel.
Comment faire pour que les emplois créés à cette occasion bénéficient surtout aux Nanterriens, et à ceux qui en ont le plus besoin ? Jérôme Dormoy, directeur de la MEF (Maison de l’Emploi et de la Formation de Nanterre) dévoile les pistes de réflexion déjà engagées avec le Racing Arena.

 « Nous travaillons actuellement, à la demande du maire de Nanterre, président de notre structure et des élus de la Ville avec le Racing Arena (promoteur et futur exploitant de l’Arena) à l’élaboration d’une convention autour des questions d’emploi.
Cette convention s’articulerait autour de deux axes, sur proposition de la MEF :
Nous voulons que le promoteur s’engage pour une démarche volontaire d’insertion pendant la période du chantier puis pendant la phase d’exploitation. Nous souhaitons ainsi que 5 à 10 % des heures de travail nécessaires à la construction du bâtiment soient réservées à des personnes en insertion. Un volume insertion qui s’imposera à toutes les entreprises qui travailleront sur le futur chantier de l’Arena, y compris les entreprises sous-traitantes. Cet engagement quantitatif mais que nous souhaitons surtout qualitatif permettra à la MEF de travailler dans la durée à des actions de formation préalables à l’embauche directement liées aux besoins futurs des entreprises ; il se traduira concrètement par des contrats de professionnalisation, d’apprentissage ou tout autre dispositif d’insertion avant des recrutements directs.
Une fois le site en exploitation, nous demandons au Racing Arena de s’engager pour que l’ensemble des activités (y compris là encore celles déléguées à des sous-traitants) puissent être des supports à  l’insertion. Le pourcentage d’insertion proposé sera variable selon les métiers et les secteurs professionnels. Ainsi on peut escompter environ 20% d’insertion sur les activités de restauration qui seront créées dans l’enceinte Arena. Ce pourcentage sera certainement plus élevé pour les emplois temporaires de stadiers, mais sans doute moindre pour les activités requérant des interventions ponctuelles et des compétences pointues comme de la maintenance effectuée une fois par mois sur du matériel technique.

Un accès facilité à l'emploi pour les Nanterriens

Nous demandons également que toutes les offres d’emploi créées sur le site de l’Arena soient déposées à la MEF.
Cela permettra à la MEF d’avoir de la visibilité pour accompagner les demandeurs d’emplois nanterriens et les orienter vers ces offres. Ainsi les Nanterriens auront un accès facilité aux emplois.

Pour aller plus loin en matière d’insertion, nous voulons également trouver un accord avec l’exploitant pour que certaines prestations de services comme la gestion des kiosques (billetterie-petite restauration-buvette) prévus sur le site de l’Arena soient confiées à des entreprises spécialisées en insertion. Nous souhaitons nous appuyer dans ce cadre sur des expériences réussies par exemple sur des points de vente de journaux-bars dans les hôpitaux déjà gérés par des entreprises de ce genre. La sécurité de l’Arena aussi, comme c’est le cas sur le Stade de France, pourrait être confiée à une entreprise d’insertion.
La MEF souhaite enfin que le Racing Arena recrute autant que possible à proximité les futures équipes liées à l’exploitation de l’équipement sur tous les types de poste et de qualification.

Travailler en amont et en confiance

L’important pour la MEF c’est de pouvoir travailler suffisamment en amont et en confiance avec le gestionnaire de l’équipement porté par le Racing Arena et ainsi identifier à l’avance les besoins de main-d’œuvre. Nous pourrons alors initier des actions de formation et d’adaptation aux postes au bénéfice des Nanterriens afin de leur permettre d’occuper les emplois qui seront proposés demain sur l’Arena. La MEF pourra également rechercher les structures d’insertion existantes et compétentes dans le domaine ou bien accompagner leur création en cas de besoin.
Pour cela, nous demandons la mise en place d’un comité de pilotage sur les questions d’emploi ; nous souhaitons aussi disposer d’un interlocuteur spécifique dans l’équipe du Racing Arena, chargé de travailler avec nous sur les besoins en emplois au fur et à mesure de leur identification. Un partenaire qui devra également défendre auprès des sous-traitants l’obligation du recours à l’insertion. Autant de pistes de collaboration qui demandent une véritable implication du Racing Arena, une adhésion profonde à cette politique d’insertion très volontaire. »