Qu’en pensez-vous ? L’avis de Nanterriens en situation de handicap Imprimer

Comme toute nouvelle construction, l’Arena devra respecter des règles d’accessibilité  pour les personnes à mobilité réduite et tous ceux qui sont en situation de handicap (consulter la règlementation concernant les établissements neufs recevant du public). Mais, malgré ce que prévoit la loi, les personnes concernées sont souvent confrontées à d’importantes difficultés en matière d’accessibilité. Latifa Ajani, Hacene Laaribi et Frank Maille, trois Nanterriens en situation de handicap ont accepté de partager leur expérience et de livrer leurs propositions pour que la future Arena soit vraiment ouverte à tous.

Latifa Ajani, quartier Pablo Picasso :
"Ce projet me séduit beaucoup car j’habite dans le quartier et ce sera plus simple pour moi de sortir à Nanterre. L’autobus m’y conduira facilement et sans fatigue, alors que quand je sors à Paris, je dois prendre les couloirs de métro, qui sont pour moi beaucoup trop longs et difficiles.
Il faudra nous faciliter l’accès à l’Arena, et pour cela il faut prévoir plusieurs ascenseurs… Je travaille à Rueil et quand l’ascenseur tombe en panne dans le RER je dois faire tout un détour pour atteindre le quai. Il faut nous faciliter la vie.
Ce qui est important également : avoir des places réservées, plus larges pour accueillir les fauteuils roulants et bien pensées pour ne pas être gênés quand les spectateurs de devant se lèvent, sinon on ne voit plus rien quand on est en fauteuil ou bien comme moi avec une prothèse et des difficultés à rester debout!
Enfin il faut prévoir des places réservées aux handicapés à tous les niveaux de prix, y compris dans les rangs les moins chers, ce qui n’est vraiment pas toujours le cas !"

Hacene Laaribi, quartier Pablo Picasso :
"Je suis totalement pour ce projet ! Pour moi l’essentiel c’est de prévoir des places d’où l’on voit bien. J’imagine des sortes de plateformes qui s’élèveraient au-dessus des gradins et où l’on pourrait monter à plusieurs personnes en fauteuil avec nos accompagnateurs. Dans mon idée, plus on monterait haut, mieux on verrait et plus les places seraient chères… Nous, en tant que personnes handicapées, nous payons comme tout le monde mais les auxiliaires de vie devraient avoir des tarifs réduits à 50%, voire des places gratuites, car nous ne pouvons pas nous déplacer sans eux.
Evidemment il faut aménager des toilettes spécifiques pour les personnes handicapées, cela paraît banal mais ce n’est vraiment pas toujours le cas ! D’ailleurs l’idéal serait de les équiper avec des portes coulissantes automatiques ce qui nous éviterait des problèmes avec les portes qui sont souvent encore trop étroites…
Pour accéder à l’Arena en toute tranquillité, puisqu’il y a un dénivelé, je pense qu’il faut prévoir au moins trois ascenseurs réservés en priorité aux personnes en situation de handicap, avec un accompagnement direct à la place, sans être obligé d’attendre l’ouverture générale des portes.
Enfin, j’espère que l’Arena sera accessible aussi aux artistes handicapés, on pense aux spectateurs mais les scènes aussi doivent être accessibles à tous. Moi, je suis chanteur. Pourquoi une chorale de gens en fauteuil ne pourrait pas venir chanter à l’Arena ???"
Voir la vidéo de la chanson "Différence"  par Hacène Laaribi.

Franck Maille, quartier Préfecture, membre APF 92, référent en accessibilité :
"Je suis pour ce projet que je trouve formidable pour la ville de Nanterre à qui il manquait une grande salle de sports et de spectacles comme celle-ci.
Côté accessibilité, la loi parle de la chaîne du déplacement et cela regroupe tout, y compris les transports en commun et le cheminement jusqu’à l’enceinte. Si l’Arena est accessible à l’intérieur mais qu’on ne peut pas y entrer suite à des abords mal organisés… quelle galère pour nous ! Or, c’est là que nous rencontrons les principaux problèmes. Si le parvis de l’Arena par exemple est accessible par une rampe, la pente de cette rampe ne doit normalement pas excéder 4 %. Il y a une tolérance à 5 % mais dans ce cas la rampe doit proposer des paliers de repos tous les dix mètres, paliers qui doivent être suffisamment larges pour permettre à deux fauteuils de se croiser, surtout quand il y a un très grand nombre de spectateurs, comme ce sera le cas. Tous ces gains en accessibilité sont profitables à tous, les gens même valides préfèreront monter une rampe douce que des escaliers…
Un autre problème fréquent : on nous fait prendre des chemins détournés pour aller chercher des ascenseurs plus loin, c’est hors de question, il faut que nos cheminements soient ceux de tout le monde ! Attention aussi aux barrières anti 2-roues qui nous empêchent d’accéder ou nous obligent à des grands détours pour accéder à des espaces publics comme le parc André Malraux ou le Palais des Sports.
A l’intérieur des salles dépassant une capacité de 300 personnes, la loi oblige à ventiler les places réservées aux handicapés dans toute la salle. L’habitude c’est de mettre les personnes en fauteuil roulant soit devant, comme souvent au cinéma -mais c’est trop près, on ne voit rien- soit sur les côtés, pour des raisons de sécurité nous dit-on. Mais moi, j’aime me mettre au milieu, comme tout le monde, pour bien voir ! L’idéal serait de prévoir des rangées un peu plus larges où les sièges s’enlèveraient pour laisser la place aux fauteuils roulants.
Je pense qu’il faut absolument associer des usagers handicapés ou des associations spécialisées à l’élaboration du projet Arena mais aussi à la conception de l’aménagement des alentours. Nous devons participer également au comité de suivi des travaux… On nous dit souvent on vous écoute, on vous comprend mais au final, il y a des écarts importants entre ce qui était prévu sur les plans et ce qui est vraiment réalisé !
Aujourd'hui, une personne handicapée qui sort doit encore très souvent être accompagnée. Mais on peut être en fauteuil et vouloir être autonome ! Il faut donc aménager au maximum l’espace public pour que nous puissions vivre comme tout le monde…"
Pour en savoir plus : le blog de l’APF des Hauts-des Seine

L’accessibilité dans le dossier de concertation de l’Arena : (extrait)
"La capacité d'accueil dans les gradins des personnes à mobilité réduite (P.M.R.) et de leurs accompagnateurs représentera 0,5% de la capacité totale de l’Aréna. Ces places seront réparties dans les divers secteurs et seront abritées. Ces emplacements seront implantés à une hauteur de 1,50 m minimum  et devront bénéficier d’une différence de niveau par rapport au gradin inférieur garantissant aux PMR une bonne vision du terrain même lorsque les spectateurs se lèveront. Chaque secteur devra disposer de buvette et sanitaires adaptés à la situation de cette clientèle. Ces secteurs devront également être en liaison d'une zone de stationnement qui pourrait leur être affectée. Tous les autres secteurs de l’Aréna (loges, salons, bureaux ...) seront accessibles aux P.M.R. conformément à la réglementation « accessibilité »."
Consulter l'ensemble du dossier de concertation.